Tu as déjà un compte ? Connecte-toi !
Pas encore inscrit ? S'inscrire en 1 clic.
Tutoriels IMAGE-BITWIG-TUTO

Publié le juin 26th, 2014 | par Aken

Tutoriel Bitwig : Une introduction à Bitwig

Tags: , , , , , ,

Vous venez de télécharger la démo de Bitwig, ou vous venez de l’acheter, et vous ne savez pas par où commencer, cette introduction est faite pour vous ! Que vous soyez musicien débutant ou confirmé, utilisateur de logiciels apparentés (Live) ou non (Cubase, Maschine, etc.), ce premier tutoriel vous mettra sur les rails en vous faisant découvrir en détail les fonctionnalités essentielles de Bitwig.

Introduction

L’article que vous allez lire est un tutoriel qui vise à apprendre à se servir de Bitwig quand on le découvre. Ceux qui n’ont jamais touché à ce logiciel seront comblés, puisqu’en vous guidant vers les différentes fonctionnalités de base, nous allons vous faire comprendre les concepts clés de son utilisation. Bitwig est un séquenceur nouveau qui propose une nouvelle façon de travailler pour la création musicale en studio comme en live, c’est pourquoi ce guide vous sera alors utile même si vous connaissez bien Ableton Live. Si vous ne connaissez pas encore ce logiciel incroyable alors n’attendez plus, téléchargez la démo sur le site officiel et suivez le guide ! Bonne lecture.

Vue par défaut

L’écran de départ, quand vous lancez le logiciel pour la première fois, ressemble de très près à l’écran ci-dessous.

Accueil Bitwig

La partie du haut réuni les plus importantes fonctions du logiciel. La partie du milieu est appelée l’arrangeur. C’est là où se trouve les pistes où vous aller mettre votre musique. Sur les cotés ainsi qu’en bas se trouvent les 3 panneaux que nous allons maintenant décrire.

Le navigateur [B]

Le navigateur, c’est le panneau de droite. C’est le premier endroit où vous devez regarder, puisqu’il va vous permettre d’aller localiser, pour y accéder plus tard, vos dossiers où se trouvent vos samples, plug-ins VST, musiques, fichiers MIDI, etc. Vous pouvez l’afficher ou le cacher en appuyant sur [B] (sans les crochets, bien sûr) ou [ALT]+[B] si ça ne marche pas. Comme vous le verrez, parfois il faut appuyer 2 fois pour faire disparaître un panneau. C’est normal car la première pression sert à se “focaliser” sur le panneau. Si vous êtes coincés dans le champ de recherche, appuyez sur la flèche du bas puis sur [B].Vous pouvez également ouvrir/fermer le panneau à la souris, en cliquant sur l’icône située à gauche des trois icônes en bas à droite de l’écran. Si vous allez dessus avec votre souris sans cliquer, une bulle va vous donner une information sur la fonction du bouton. Cela fonctionne avec pratiquement tous les boutons. Les boutons en orange représentent les fonctionnalités activées/ouvertes/etc., ceux en gris représentent les fonctionnalités inactives.

Contrairement aux autres panneaux, vous pouvez ajuster la largeur du navigateur avec la souris en cliquant sur la séparation entre l’arrangeur (partie du milieu) et le navigateur. Le navigateur est très simple à comprendre et utiliser. En haut se trouvent 7 icônes qui ouvriront donc les 7 onglets du navigateur : Devices and Presets, Samples, Multisamples, Music, Clips, Files et Configuration. Ces termes sont en anglais, comme l’ensemble des éléments de Bitwig et, par soucis de clareté, nous les garderons tels quels. Les noms sont cependant assez explicites. Devices and Presets = Instruments, effets, etc., le reste, si vous ne comprenez pas, je vous invite à utiliser Google traduction :) Par ailleurs, il n’y a pas de raccourci pour ces onglets, mais ce n’est pas très grave.

Allez sur l’onglet FILES et allez trouver des samples en naviguant dans My Files ou Computer. Une fois que vous avez trouvé un sample ou un dossier qui en contient, cliquez droit dessus et sélectionnez “Add as sound content location”. Cela va créer un “raccourci” dans l’onglet SAMPLES vers ce que vous venez d’ajouter. Comme vous avez dû le voir lorsque vous avez cliqué droit, vous pouvez faire la même chose avec vos plug-ins et vos musiques (“Add as music location” crée un raccourci dans l’onglet MUSIC et “Add as plug-in location” crée un raccourci dans l’onglet DEVICES AND PRESETS). Vous pouvez également créer un raccourci dans l’onglet courant (FILES).
Lorsque vous indexez de la sorte une large collection d’éléments, cela peut prendre quelques secondes avant d’apparaître au bon endroit. Soyez patient ! Une fois correctement indexés, vos fichiers seront très rapidement accessibles par la suite. L’outil de recherche est, par exemple, très puissant.

Vous avez également la possibilité de taguer vos presets avec un vaste de choix de catégories et sous-catégories (tags). Vous pouvez également les spécifier dans vos recherches, avec les syntaxes de type “category:kick” ou “tag:soft” (sans les guillemets, bien sûr)

L’inspecteur [I]

L’inspecteur est le panneau de gauche. Lorsque vous lancez Bitwig pour la première fois il est vide. Cependant, lorsque vous allez cliquer sur un élément paramétrable situé dans la partie du milieu, comme une piste, un sample, une note, un clip, etc., un tas d’informations et d’options vont être affichées à cet endroit. L’inspecteur, c’est un peu votre boite à outil, votre couteau suisse. Comme pour l’ensemble des sections abordées ici, nous y reviendrons très en détails dans les étapes suivantes de notre tutoriel sur Bitwig, aussi bien sous forme d’articles que de vidéos.

Le panneau secondaire ou “panneau du bas” [D]

Le panneau secondaire est appelé de cette manière car il seconde votre espace de travail situé au centre. À cet endroit vous pouvez afficher quatre types d’éléments :

  1. Le detail editor [E] : Le detail éditor, ou “éditeur de détail”, agit comme un zoom sur les éléments de votre espace de travail. Lorsque vous êtes sur une piste d’instrument (une piste MIDI), l’éditeur de note (piano roll) s’affiche. Lorsque vous êtes sur une piste audio, c’est l’éditeur audio qui s’affiche. Ce dernier vous permet de manipuler vos samples avec precision.
  2. Le device editor [D] : Lorsque vous appuyez sur [D], le panneau secondaire affiche la liste des plug-ins associés à la piste sélectionnée dans le panneau central. Ces plug-ins, comme vous l’aurez sans doute compris maintenant, peuvent être des instruments ou des effets VST par exemple. Ce panneau est vide par défaut, mais vous pouvez le remplir en faisant un glisser-déposer depuis le navigateur de droite. Les plug-ins forment alors une chaîne où les informations passent de gauche à droite. Vous pouvez naturellement changer l’ordre des éléments de la chaîne en les faisant glisser à l’intérieur du panneau.
  3. Le mixeur [M] : Le mixeur affiché dans le panneau secondaire est une sorte de mini-console de mixage qui vous permet de rapidement vérifier et régler vos volumes et autres contrôles essentiels de vos différentes pistes.
  4. L’éditeur d’automations [A] : En appuyant sur [A] vous afficherez à cet endroit l’éditeur qui vous permettra de régler les automations de la piste sélectionnée.

Comme pour le reste, nous examinerons plus en détail ces différents éléments dans des tutoriels plus avancés.

Les différents espaces de travail : Pourquoi Bitwig vous rend productif et imaginatif en même temps

Vous le savez déjà, Bitwig, en plus de vouloir succéder aux séquenceurs classiques tels que Cubase ou Protools, reprend un concept clé de Live, qui consiste à former des boucles et de les déclencher en temps réel. Les utilisateurs de Live utilisent principalement les boucles pour produire de la musique live, que ce soit pour améliorer leur workflow (trouver des idées et les mettre en musique rapidement) ou donner un show. Malgré la présence d’un séquenceur traditionnel (l’arrangeur), qui est bien mais pas excellent, la communication entre les deux modes de composition n’est pas parfaitement optimale. C’est dans ce sens qu’à notre avis Bitwig à parfaitement réussi son pari.

Bitwig propose trois vues principales, c’est à dire trois types d’espaces de travail :

  1. La vue arrangeur : Vue par défaut du séquenceur traditionnel, avec les pistes horizontales et la timeline qui permet d’organiser les événements dans le temps.
  2. La vue du mixeur [TAB] : Cette vue est celle des boucles (clips), on y trouve donc les pistes à la verticale qui chacune aboutissent en bas sur les éléments de la console telle que nous l’avions succinctement décrite lorsque nous avions évoqué le panneau secondaire. Notez qu’il est possible de naturellement possible de revenir sur l’arrangeur en appuyant de nouveau sur [TAB].
  3. La vue mixte [L] : Lorsque vous êtes dans l’arrangeur, appuyer sur [L] fera apparaître la vue du mixeur conjointement à celle de l’arrangeur, comme si la première avait été tournée à 90 degrés pour correspondre à chacune des pistes horizontales. Cette nouveauté, qui se nomme le launcher (lanceur), permet de nombreuses améliorations du workflow. Par exemple, elle permet, lorsque votre composition est en train de jouer, de tester des alternatives en lançant les clips (boucles) sauvegardés aux moments voulus. Il est également possible de sauvegarder des éléments de la timeline en les faisant glisser-déposer dans les clips vides ainsi mis à disposition. En appuyant sur [O], il est possible d’agrandir l’espace réservé aux clips pour en améliorer la visibilité et l’accessibilité. Notez qu’il est parfois nécessaire d’appuyer deux fois sur [O] dépendamment de l’action qui a précédé (comme souvent avec les raccourcis concernant l’agencement des parties du logiciel). Enfin, [L] fonctionne également dans la vue du mixeur, mais n’a pas une utilité fondamentale.

Créer une première musique

Maintenant que vous avez fait connaissance avec l’organisation du logiciel, tentons un peu de pratique avant d’avancer plus loin dans la découverte théorique de ses possibilités. Ce sera également l’occasion de revoir les principales données apprises dans cet article.

  1. Assurez-vous d’être dans la vue arrangeur avec [TAB]. Appuyez sur [L] suffisamment de fois afin que la vue mixte soit affichée. Normalement l’inspecteur [I] à gauche devrait être vide (avec écris “SLOT” en haut). Affichez également le panneau secondaire [D] ainsi que le navigateur [B]. Là, vous êtes prêts pour commencer à vous amuser.
  2. Sélectionnez la piste instrument nommée “Inst 1”. Si vous avez fait joujou avec le logiciel et que cette piste a disparue, cliquez droit dans le panneau principal et cliquez sur “Create Instrument Track” ou alors faites [CTRL]+[T]. Ensuite allez dans le navigateur à droite et sélectionnez le premier onglet de gauche, celui des devices. Dans le dossier Instruments, choisissez le Polysynth et faites le glisser dans le panneau secondaire en bas.
  3. Vous avez désormais un synthétiseur prêt à être joué. Si vous avez un clavier MIDI, cliquez sur le petit rond situé en haut à gauche de n’importe quel clip du launcher. L’enregistrement va commencer, il vous suffit alors de jouer ce que vous voulez puis d’appuyer à nouveau sur le rond désormais rouge. Je vous conseille d’activer le métronome pour jouer dans le temps. Celui-ci se trouve en haut de l’écran : il s’agit du petit triangle à côté du sigle “OVR” situé vers la gauche. Lorsque vous arrêtez l’enregistrement, celui-ci ne s’arrête pas immédiatement, mais à la fin de la mesure en cours.
  4. Vous voilà avec votre première boucle ! vous pouvez l’éditez dans le panneau secondaire en appuyant sur [E], mais également la glisser-déposer dans la timeline par exemple. Si vous maintenez [CTRL] pendant votre action, Bitwig va produire instantanément un bounce (version audio de votre boucle) que vous pouvez déposer n’importe où, même sur votre piste MIDI ! Pour pouvoir écouter ce qui se passe sur la timeline plutôt que dans le launcher, vous devez cliquer sur l’icône représentant les trois lignes horizontales située entre le launcher et la timeline. Dans la timeline, vous pouvez ajuster sa longueur en faisant glisser ses bords. Si vous le faites avec [SHIFT], vous échapperez à la quantisation de la grille, sujet que nous aborderons plus en détail dans les prochains articles.

C’est terminé pour ce tutoriel ! amusez-vous, expérimentez et rendez-vous au prochain article qui vous dévoilera un peu plus de la puissance de ce nouveau séquenceur. Si vous avez des questions ou des suggestions, n’hésitez pas à utiliser les commentaires !


Revenir en haut ↑