Tu as déjà un compte ? Connecte-toi !
Pas encore inscrit ? S'inscrire en 1 clic.
Analyse Roli Blocks

Publié le novembre 2nd, 2016 | par Aken

0

Roli Blocks : Pourquoi ça ne va probablement pas marcher

Tags: , , , , , ,

Il y a quelques minutes, Roli a publié un communiqué de presse pour annoncer son tout nouveau produit, le Roli Blocks. Après le célèbre clavier tactile Seaboard, Roli s’attaque au modulaire en proposant un système qui peut être assemblé et facilement transporté. Roli a-t-il conçu le contrôleur ultime ou pas ? Analyse des caractéristiques de cet OVNI et de son potentiel en tant que produit dédié à la création musicale et à la performance.

Roli Blocks, qu’est-ce que c’est ?

Roli Blocks est avant tout un contrôleur carré qui possède plus ou moins les mêmes dimensions qu’un Rouy, c’est à dire un peu moins de 10 cm de côté, 2 cm de hauteur et 250 g pour le poids. Par chance, il ne possède pas la même odeur et est capable de produire du son. Les ennuis commencent cependant déjà ici. Blocks n’est pas un contrôlleur MIDI standard. Vous n’allez pas pouvoir l’utiliser avec Massive dans Live par exemple, en fait vous n’allez pas l’utiliser du tout si vous ne possédez pas un smartphone ou une tablette, puisque Blocks communique uniquement avec Noise, une application pour le moment disponible sur IOS seulement.

La surface de ce Rouy 2.0 est composé d’un revêtement tactile en silicone éclairé par 225 LEDs (15*15). Vous pouvez taper dessus, glisser vos doigts, un peu de la même manière que sur un Seaboard, sauf que là les différents éclairages des LEDs vous permettent d’ajuster votre performance en fonction du type de matériel musical que vous allez manipuler. Un peu de la même manière qu’une application de type TouchOSC, vous allez pouvoir disposer vos sons percussifs sur une grille au format un peu inhabituel de 5*5 cases (je n’ai personnellement rien contre ça), ou encore disposer vos effets sur un énorme carré XY, etc. L’avantage, par rapport à une application OSC classique, est la possibilité de glisser ses doigts pour créer différents effets, comme des glissandi ou des répétitions. De plus, la surface tactile capte la pression de vos doigts, ce qui vous permet de jouer vos sons de manière expressive (comme sur le Seaboard).

Enfin le pavé de base est accompagné, si vous les achetez en supplément bien sûr, de deux petits boitiers noirs composés de boutons qui vous permettent d’accéder aux fonctions de looping et d’enregistrement sans avoir à naviguer dans votre smartphone/tablette. Tous ces éléments peuvent s’assembler très facilement grâce aux connexions aimantées disposées sur les côtés, et communiquent en bluetooth avec l’application mobile. En bonus, vous aurez accès à une jolie bibliothèque de sons préparée par quelques noms connus de la scène EDM (Grimes, Steve Aoki ou encore RZA).

À quoi sert le Roli Blocks ?

Bien que ce nouvel objet sonore possède quelques cordes à son arc, il est encore difficile de dire quel genre de musicien voudra bien performer ou même pratiquer sur un tel instrument. Premièrement, le fait que le Blocks soit seulement compatible avec Noise, qui n’est lui meme qu’un petit programme compatible IOS, limite sérieusement l’utilité qu’on pourrait bien lui trouver. Éventuellement si l’application se dote de Link dans le futur, mais pour le moment aucun controllerist/DJ ne peut techniquement intégrer ce truc dans son setup. Il reste alors les gens qui font exclusivement de la musique sur leur smartphone/tablette. Il faudrait alors que ces personnes envisagent cette activité avec beaucoup de sérieux (je ne vais pas juger) pour décider de dépenser 180 $ + 80 $ + 80 $ = 340 $ afin de devenir un virtuose de la musique sur téléphone.

Ne soyons pas mauvaise langue à 100 %. L’idée n’est pas totalement à jeter et avec quelques améliorations sur le plan de la compatibilité il se pourrait que des performeurs s’approprient ce fromage résolument tourné vers le futur.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut ↑