Tu as déjà un compte ? Connecte-toi !
Pas encore inscrit ? S'inscrire en 1 clic.
Actualités NAMM2016last

Publié le février 2nd, 2016 | par Aken

0

NAMM2016 : Dernier round et analyse

Tags: , , , , , , , , , , ,

He Ho ! Pas si vite ! Je vous vois vous disperser comme si la fête était terminée. Ok, le NAMM c’était la semaine dernière, mais il y a quelques contrôleurs dont je ne vous avais pas parlé, il y a eu quelques annonces après le NAMM et il y a aussi besoin d’une petite analyse de l’événement avant de recommencer une année de guides, dossiers et tutoriels.

Korg Volca FM

Vous connaissez sans doute les quatre produits de la gamme Volca de chez Korg : Volca Bass, Volca Beats, Volca Keys et Volca Sample. Ces quatre petites boîtes à sons analogiques/numériques particulièrement appréciées par les voyageurs ou les écoliers/étudiants du fond de la classe, auront à partir de 2016 un petit frère, le Volca FM.

Pour ceux d’entre vous qui ne le savent pas, la synthèse FM est une manière de créer du son un peu complexe (par modulation), du genre où vous ne savez jamais exactement ce que vous êtes en train de faire, mais qui peut résulter assez rapidement en des timbres riches et uniques. Comme vous pouvez le voir sur la vidéo du prototype montré durant le NAMM2016, ils ont même adopté en partie les couleurs du fameux DX7 de Yamaha.

C’est complètement analogique, ça contient 6 opérateurs, soit le même nombre d’opérateurs que les meilleurs synthés FM de Korg, 16 séquences, 32 programmes, des arpèges… il se peut que ce soit en fait le plus intéressant des Volca sortis à ce jour ! On ne connait pas encore la date de sortie ni le prix, car c’est un peu comme si ils avaient sortis le produit du labo pour le NAMM, mais on croise les doigts pour que le Volca FM soit au même prix que ses camarades, soit autour de 200 $.

Pocket Operator

En parlant d’opérateurs et d’élèves au fond de la classe, voici le retour du plus light des mini synths, le Pocket Operator de Teenage Engineering.

Teenage Engineering, c’est une boîte qui s’est spécialisée dans les synthés ultra réduits avec un look Casio années 80. Définitivement axé écoliers/nerds avec trop d’argent, TE connaît les paramètres maléfiques qui vous font mettre automatiquement la main dans le porte monnaie. Pour l’année 2016, ils ont décidé de ne pas changer une équipe qui gagne en agrandissant la gamme PO. Vous connaissiez le PO-12 (Rhythm), le PO-14 (Sub) et le PO-16 (Factory), je vous présente le PO-20 (Arcade), le PO-24 (Office) et le PO-28 (Robot).

NAMM2016 : Pocket_Operator

Comme avant, les nouveaux venus de la gamme PO sont de petits synthétiseurs prévus pour produire et séquencer, sans trop se casser la tête, des rythmes et mélodies électroniques. Bon, soyons honnêtes, ce n’est pas avec ce genre de jouet que vous allez composer le prochain Windowlicker, mais pour 60 $, ils peuvent s’avérer utile pendant une pause, un trajet court ou avant de vous coucher, car OUI, qu’y a-t-il de mieux qu’un peu de synthèse sonore sous la couette ?

OP-Z

Teenage Engineering encore, voici l’OP-Z, une version plus compacte encore de l’OP-1, leur mini synth ultra stylé et ultra cher (800 $). L’OP-Z, c’est donc un séquenceur 16 steps gris qui ressemble à une manette de jeux vidéos des années 80. Il a la particularité de pouvoir non seulement produire du son, mais également des informations visuelles via le contrôle d’un logiciel de visualisation externe, afin d’offrir une nouvelle dimension à la synthèse sonore “on the go”.

NAMM2016 : OP-Z

L’OP-Z reprend un certain nombre d’idées du OP-1 tout en empruntant un chemin différent. Parmi les idées reprises, on retrouve le moteur audio et aussi la conception de l’objet qui est, comme vous l’avez peut-être remarqué sur l’image ci-dessus, ultra fin, et donc ultra portable. Comme sur l’OP-1, l’OP-Z a ses knobs compatibles LEGO. C’est à dire que la forme incrustée est prévue pour pouvoir insérer des éléments mécaniques. Pour vous donner une petite idée du genre de gamineries qui vous seront autorisées, voici une vidéo des accessoires du OP-1.

Les différences ? On ne sait pas vraiment encore, à part l’absence d’une interface variée et claire pour ce synthé qui semble, au premier abord, plutôt orienté tweaking que performance live. Mais à l’utilisation, ceux qui ont pu le tester sont unanimes sur le fun que l’objet procure. La cause serait le fait que de nombreux effets et macros sont directement accessibles depuis le petit clavier de boutons ronds. L’OP-Z serait donc plus orienté performance live qu’il n’y paraît. Il nous faudra cependant attendre un peu pour réellement découvrir l’intérêt du produit, car nous n’avons ni date de sortie, ni prix, ni rien en fait. C’était difficile de vous en parler.

Keystep

Le Keystep est un petit clavier MIDI produit par Arturia. Il est conceptuellement proche du Beatstep, le contrôleur MIDI de la même marque qui a pour vocation de synchroniser votre home studio. Donc c’est un clavier deux octaves avec aftertouch. Il possède très peu de boutons/knobs mais quand même deux touchstrips pour le pitch bend et la modulation. Un clavier MIDI en plus ? Me direz-vous. Pas n’importe lequel, puisqu’il a été conçu de sorte à vous permettre de faire les trois choses suivantes directement depuis votre clavier :

  • Séquenceur de notes MIDI
  • Arpégiateur
  • Accords

Avec ses fonctions de jeu et ses nombreuses entrées sorties (gate, out, DIN, USB, etc.), le Keystep est un clavier MIDI très intéressant pour ceux qui veulent éviter les menus de Live ou Maschine où qui n’utilisent ni l’un ni l’autre. Il sera disponible avant l’été pour un prix situé aux alentours de 150 $.

ChordBot

Sur le chemin tracé par Arturia (Beatstep, Keystep), Roland et même Korg, le Chordbot de la toute nouvelle (et obscure, avouons) société ISLA Instruments semble proposer une alternative intéressante. Équipé de deux octaves, le clavier du ChordBot est prévu pour être à la fois rétro-éclairé et sensible à la pression et position des doigts. Il possède également un écran LCD OLED prévu pour afficher toutes les opérations MIDI que l’engin nous permet de faire : step séquenceur, arpégiateurs, accords, salade, tomate, oignon.

NAMM2016 : chordbot

Pour le moment au stade du prototype alpha 0.0000001 a, pourrait-on dire, un projet Kickstarter devrai voir le jour au mois de février avec un premier prix situé autour de 150-200$. Si vous voulez plus d’infos je vous recommande de ne surtout pas aller sur le site officiel, car celui-ci est fort peu engageant.

MPC Touch 2.0

On termine cette tournée avec le MPC Touch ! Alors je sais, il y a trois mois j’ai un peu descendu ce contrôleur, mais aujourd’hui je me dois de corriger le tir. Ce que je reprochais au MPC Touch, c’était avant tout l’obligation d’utiliser un logiciel natif alors qu’il en existe déjà assez. Pourquoi apprendre à séquencer ses notes ou éditer ses samples dans le MPC Software alors que Maschine ou Live font ça déjà parfaitement, entre autres. En dehors de ça, il faut avouer que c’est un contrôleur séduisant avec ses 16 pads et son écran LCD tactile. Mais ça ne suffit pas. Ça ne suffisait pas, car la version 2.0 est en route. L’avantage d’un écran tactile, c’est que vous pouvez rajouter des contrôles à l’infini sans avoir à sortir un nouveau contrôleur. L’avantage de relier le contrôleur à son propre logiciel d’édition et séquençage audio, est que vous pouvez rajouter des fonctionnalités à l’infini et les linker à vos contrôles infinis.

De la même manière que Pioneer s’est émancipé de Serato en sortant son propre logiciel de mix, AKAÏ s’est émancipé de… tout le monde en développant son propre séquenceur. Avec le MPC Touch 2.0, AKAÏ veut transformer son MPC Software en un Maschine like mieux que Maschine. Pour cela la recette est assez simple : donner aux utilisateurs de Maschine ce qu’ils réclament à tue-tête depuis des années :

  • 128 tracks audio
  • Time stretching en temps réel
  • Audio warping en temps réel

C’est donc pour ça que je parle aujourd’hui du MPC Touch avec un grand enthousiasme, car, encore une fois, AKAÏ montre qu’il ne fait pas les choses au hasard. Reste à savoir à quel point il sera facile de faire communiquer le MPC Software 2.0 avec d’autres séquenceurs pour en faire un remplaçant éventuel de Maschine. Malheureusement, aucune date et aucun prix n’ont été annoncés pour cette mise à jour.

Analyse

Voilà, cet article s’achève sur les dernières annonces que nous avons considéré importantes pour l’année 2016. Il est assez certain que d’autres annonces / sorties pointent le bout de leur nez dans les mois à venir, mais le NAMM2016 est un incontournable qui incite chaque les constructeurs et innovateurs à sortir leurs prototypes du bois. Ainsi il dessinent la tendance de l’année et permettent aux consommateurs que nous sommes d’organiser notre budget en conséquence.

À quoi va ressembler 2016 d’ailleurs ? Si vous êtes arrivés jusqu’ici et que vous avez également parcouru les trois précédents articles (l’apéro, l’entrée et le plat de résistance), vous devriez avoir une idée assez précise de la thématique multiple de cette année. Pour commencer, 2016 sera l’année des écrans. Je l’ai déjà dit 100 fois et je le répète encore. À ce sujet j’en profite pour me risquer à une prédiction. Avec l’annonce du MPC Touch 2.0 et l’arrivée de toute une ribambelle de contrôleurs munis d’écrans LCD couleurs, cela en sachant que cette année on fête les 20 ans de Native Instruments, je suis prêt à parier que NI prépare en silence une nouvelle version de ses contrôleurs Maschine et Maschine Mikro. Si ce n’est pas le cas, ce sera une update majeure du logiciel Maschine OU un Traktor 3, ou les trois. Mais en tout cas au moins un de ces trois là c’est certain. Si ça n’arrive pas, non seulement je me serait trompé, ce qui est très rare, mais ça voudra dire que Native Instruments est mort dans le game, vous voyez ce que je veux dire ?

Le deuxième thème de cette année est bien sûr le wireless, qui a été intégré dans un petit nombre de contrôleurs, mais qui va certainement, d’ici un an ou deux, devenir un standard parmi les contrôleurs de petite taille. Enfin le troisième thème est le retour de la synthèse sonore embarquée. Bien que les synthés matériels n’aient jamais vraiment cessés d’exister, on a remarqué, par le biais de la miniaturisation, un retour clair et net de la création musicale laptop-less. Cette tendance n’est, d’ailleurs, pas étrangère à l’apparition des écrans sur les contrôleurs. On n’y est pas encore, mais il se peut que dans quelques années, peut-être 10, les laptops disparaissent des DJ Booth pour laisser place à des configurations plus complexes, faites d’écrans embarqués et unités de calculs de type Raspberry PI ou CHIP.

Si tu as aimé cet article et que tu ne partages pas, ou PIRE, tu ne le like même pas, t’es pas un vrai de vrai, t’es juste cool, mais c’est tout.

:)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut ↑