Tu as déjà un compte ? Connecte-toi !
Pas encore inscrit ? S'inscrire en 1 clic.
Actualités Arduino et Maschine

Publié le mai 24th, 2015 | par Aken

Maschine 2.3 et l’invasion des microcontrôleurs

Tags: , , , , ,

L’été arrive et l’actualité est plutôt calme dans le domaine des contrôleurs DJ. Cette semaine a pourtant eu son lot de nouveautés. Au sommaire donc, la nouvelle update de Native Instruments et un petit mot sur la révolution qui se prépare dans l’informatique musicale.

Maschine 2.3

Développement déjà annoncé il y a quelques temps sur les forums officiels, la version 2.3 de Maschine est enfin sortie cette semaine. C’est donc sans trop de surprise que nous avons découvert le contenu de celle-ci. Au menu, rien de très excitant à part peut-être l’inclusion de Komplete Select (Massive, Monark, Prism, Vintage Organs, etc.), quelques nouveaux modèles pour leur electronic drum exclusif et quelques nouveaux effets. On regrette donc encore le déni total des améliorations toutes simples réclamées par la communauté depuis des années, comme par exemple le changement des couleurs depuis le hardware, la possibilité de faire des automations sur plusieurs patterns/scènes en continu, augmenter le nombre d’entrées/sorties ou encore améliorer la gestion du MIDI (c’est à dire, pour certains, revenir aux possibilités MIDI offertes dans des versions précédentes et qui ont été supprimées pour des raisons marketing inconnues).

L’invasion des microcontrôleurs

Il y a quelques jours je publiais un article sur Arduino, ce petit duo puce électronique + environnement de programmation qui révolutionne la manière dont il est possible de faire intéragir l’informatique avec l’environnement. Bien sûr il existe d’autres alternatives dont je n’avais volontairement pas parlé. Premièrement parceque Arduino est, d’après moi, la solution la plus simple et la mieux adaptée aux projets artistiques et qu’elle bénéficie d’une communauté gigantesque. Deuxièmement, ça aurait alourdi inutilement l’article. Il existe également, par exemple, le Raspberry Pi, le Beaglebone, LittleBits, etc.

Cette explosion des microcontrôleurs avec chacun sa puce de marque différente fait beaucoup penser au début des micro-ordinateurs. Au début des années 1980, le ZX spectrum embarquait une puce Z80 qui tournait à 3.5 Mhz était couplé à de la RAM pouvant aller jusqu’à 128 Ko. L’Apple II fonctionnait avec une puce 6502 qui tournait à 1 Mhz et pouvait avoir jusqu’à 64 Ko de RAM. Maintenant que les ordinateurs de bureau, laptop et téléphones cellulaires sont des milliers de fois plus puissants, ces nouvelles petites cartes reproduisent l’effervescence des premiers jours de l’informatique populaire. Qu’est-ce qui a changé ? Dans le cas de la solution proposée par Arduino et assimilés, la nouveauté ne consiste pas en une avancée en terme de puissance, par exemple la puce Atmel utilisée par Arduino est cadencée à 16 Mhz. Il s’agit davantage d’un produit accessible sur le plan financier (20$ pour une carte standard, 5$ pour les assemblages les moins chers), d’un format réduit et d’un environnement de développement à la fois simple et modulaire, tant sur le plan du hardware que dans le domaine logiciel, où de nombreux protocoles et librairies permettent la communication aisée entre toutes sortes de technologies.

CHIPIl y a quelques jours est apparu sur Kickstarter un projet qui a fait sensation. L’idée derrière CHIP est de réunir les deux mondes : la puissance d’une configuration assez performante (1 Ghz et 512 Mo de RAM) combiné au concept de modularité ammené par le design “Arduinesque” de la carte. Le tout est proposé à un prix incroyable : 9 $. Il y a quelques jours encore, Thud Rumble, une compagnie média axée sur la promotion et le développement du platinisme (et entre autres dirigée par le célèbre DJ Qbert) a annoncé un partenariat avec la firme Intel pour la création d’une solution électronique bâtie autour du processeur Intel Edison (dual core 500 Mhz).

Thud RumblePour environ 60 $, Thud Rumble a pour ambition de remplacer les coûteux laptop par un circuit qui fournirait la puissance nécessaire au fonctionnement d’un setup dédié à la performance musicale. Imaginez arriver dans un club avec votre contrôleur et votre microcontrôleur chargé d’une version allégée d’Ableton Live, vous sortez de votre sac votre écran rectangulaire OLED ou mieux, vos Google Glasses. Un futur plus que plausible et pas si lointain, à en voir la fulgurante hausse d’intéret que connaît le mouvement des “makers”.


Revenir en haut ↑