Tu as déjà un compte ? Connecte-toi !
Pas encore inscrit ? S'inscrire en 1 clic.
Entrevue guitarwing_moldover600

Publié le juin 3rd, 2015 | par Aken

Entrevue avec Moldover : Le Robocaster et le Guitar Wing

Tags: , , , , , , , , ,

Il y a un mois, le site web controllerism.com a publié une entrevue vidéo de Moldover où celui-ci explique le processus qui l’a amené à concevoir le Robocaster et le Guitar Wing, des dispositifs permettant d’allier le jeu guitaristique à la pratique controllerist. J’ai traduit et transcrit l’entrevue pour vous, parce que je vous aime bien sûr.

Moldover est probablement le premier controllerist officiel, puisqu’il est celui qui a inventé le terme lorsqu’il fut interviewé en 2007 par Ean Golden pour le magazine Remix. C’est donc un pionnier, mais aussi un musicien de talent sans cesse préoccupé par la place du geste dans la création et la performance. C’est avec un grand plaisir que j’ai transcrit et traduit cette entrevue publiée il y a peu sur controllerism.com. Je n’ai gardé que l’essentiel (donc une très grande partie) et évité les commentaires. Je laisse les mots de l’artiste, les images ainsi que les vidéos alimenter votre réflexion.

Nathan Lively : Peut-être peux-tu commencer par expliquer un peu comment tu essayes d’établir des liens entre le mouvement et la créativité dans le développement de ces instruments ?

Moldover : On comprend mieux en commençant par d’où je viens. J’ai beaucoup pratiqué en tant que musicien traditionnel à la guitare. J’ai été au conservatoire, j’ai joué dans des groupes… et quand je suis tombé amoureux des performances électroniques en solo, j’utilisais seulement Ableton Live et un contrôleur pour mutiler des sons pré-enregistrés. J’ai pas mal plongé la tête la première dans le monde des contrôleurs, c’est devenu mon unique et principal instrument. Et c’est après que j’ai ré-intégré la guitare dans mes shows car ça me manquait. Et là j’ai réalisé que mes contrôleurs pourraient devenir bien plus expressifs. Je me suis dit “J’aime la guitare et j’aime les contrôleurs, peut-être que je pourrais les associer”, et c’est là que j’ai trouvé mon “son”, c’est à dire combiner, intégrer, augmenter cet instrument existant avec des contrôleurs.

Alors parlons de ces instruments, avec quoi as-tu commencé ?

Oui ! Donc quand j’ai eu cette idée de commencer à mettre des contrôleurs sur la guitare, la manière la plus simple et la plus rapide était d’utiliser des contrôleurs existants comme le Dicer, qui est initialement conçu pour être placé sur un coin d’une platine vinyles. J’ai aussi utilisé un téléphone cellulaire. C’est vraiment génial parce que tu peux configurer des applications tactiles avec différents sliders, des surfaces X/Y et aussi des senseurs avec lesquels je pouvais jouer, comme les accéléromètres et autres capteurs de positions dans l’espace. C’était le premier prototype avec lequel j’ai fais une seule représentation. J’ai vraiment eu du fun. C’était assez excitant et nouveau. L’élément le plus fun était quand je jouais avec les boutons du Dicer pour modifier le pitch.

moldo1

Donc, il y a eu ce moment où tu t’es dit “Ça c’est vraiment fun !”. Est-ce que tu t’es dit ou tu as ressenti aussi que tu étais plus expressif. Je sais que tu essayes de créer quelque chose de nouveau, mais est-ce que c’était de la meilleure musique pour toi ?

Je ne dirais pas que c’est plus expressif, parce que la guitare est un instrument tellement évolué, il y a un grand nombre de gens qui l’ont développée dans tellement de directions différentes… Tu ne vas pas créer une guitare plus expressive, mais ce que tu peux faire c’est étendre la puissance et la sonorité, c’est ce que les gens ont fait lorsqu’ils ont commencé à utiliser des effets sur la guitare électrique “On veut des nouveaux sons, mettons un filtre ici et mettons une pédale sur le filtre… et le wah-wah était né !”. Ce que je fais est similaire, mettre un accéléromètre, faire basculer la guitare et modifier ainsi le délai. Donc c’est vraiment excitant… ce n’est pas plus d’expressivité, mais plus de sons et plus de possibilités.

Qu’est-ce qui est venu après ce prototype ?

Alors l’étape suivante a été de “hacker” une guitare. Le corps est en métal. J’ai simplement retiré la partie inférieure d’une guitare électrique et j’ai fabriqué à la main le corps de remplacement et mis des senseurs dessus et tout simplement créé un contrôleur MIDI personnalisé. Il est important de noter que la partie MIDI est distincte de la partie guitare. Il y a une prise jack qui envoie le son de la guitare et une prise USB qui envoie les données du contrôleur. Donc même si on a créé un instrument hybride et très bien intégré tous les éléments, c’est comme avoir une pédale sur le sol. L’idée c’était de prendre tous les senseurs que je trouvais cool pour une guitare et de les mettre dans la boîte.

moldo2

Oui tu as une molette de pitch, un joystick, des interrupteurs, des faders, un touchstrip, des knobs, … et ça qu’est-ce que c’est ?

C’est un capteur infrarouge. Il y a aussi des accéléromètres pour capter le mouvement et la position dans l’espace. C’est un moyen cool de fabriquer un protoype parceque je peux essayer tout et nimporte quoi. Par exemple, on parlait de la pédale wah-wah, je pourrais mettre l’effet wah-wah sur un bouton, puis l’essayer sur le touchstrip, ou peut-être sur le joystick. Je peux essayer toutes ces possibilités et répondre à des questions comme “Est-ce que c’est fun ? Est-ce que c’est cool ?”.

Quelles étaient les premières choses que tu voulais faire ? Est-ce que la manière dont tu as placé les senseurs résulte d’intentions particulières ou est-ce que c’était de la pure expérimentation ?

En fait dans la partie où il y a les boutons, avant j’avais mis le Dicer pour contrôler le pitch. Ç’était le plus fun et ça sonnait comme jamais je ne l’avais entendu avant. Cette configuration, issue de mon premier prototype, je savais que je voulais l’importer dans la nouvelle version, mais pour les knobs et le reste je n’avais pas une idée précise de ce que je voulais faire avec.

Ok, je crois que je commence à comprendre, ce n’était pas genre “Je veux que ma pédale de distortion quitte le sol et soit intégrée dans ma guitare”, mais plutôt “Je veux augmenter les possibilités relatives aux sons que je peux produire et des choses que je peux faire avec cet instrument”.

Oui. Exactement.

Et qu’est-ce qui vient après ?

Alors j’ai présenté ma guitare à mon ami Ben de Visionary Instruments et il a été assez impressionné par ce que j’avais accompli, donc ça lui a donné envie de collaborer avec moi sur le Robocaster. On a pris les meilleures idées que j’avais imaginé pour le prototype et on a construit une guitare personnalisée dans une boutique d’Oakland.

Moldover_Robocaster_w1

La version blanche du Robocaster

Oui cette guitare à l’air un peu plus raffinée, un peu plus simple. Il n’y a pas autant de knobs et de boutons.

J’avais créé un patch MAX/MSP. […] C’était du bricolage un peu original. Pour cet instrument, on a mis un circuit Arduino à l’intérieur et on a travaillé avec un programmeur pour transférer le programme MAX/MSP vers un langage compréhensible par Arduino. Maintenant la guitare envoie des messages MIDI facilement interprétables par Ableton, Guitar Rig, Amplitude, ou n’importe quel type de matériel ou logiciel.

Y-a-t’il eu une autre évolution après ça ?

Alors le Robocaster est, d’après moi, la guitare idéale.

Beaucoup de gens pourraient ne pas vouloir s’engager dans l’apprentissage d’un tel contrôleur et préféreraient plutôt bricoler quelque chose pour le fun.

Oui ! C’est ça l’idée, donc j’ai été voir mes vieux amis de Livid Instruments. J’ai bien connu J. Smith, le fondateur de l’entreprise. On a réfléchi sur les trucs qu’on aimait vraiment à propos du concept du Robocaster et aussi sur ce qui pourrait le rendre plus abordable pour ceux qui, comme tu disais, veulent juste prendre leur guitare et jouer. Quelque chose qui serait pour ceux qui ne veulent pas passer des heures à programmer ou dépenser des milliers de dollars. Et donc on s’est dit, peut-être qu’il faudrait quelque chose que tu attaches à la guitare et qui ferait la même chose que le Robocaster. C’est comme ça qu’est né le Guitar Wing.

[…] La version commerciale est plate, wireless, et attachée au corps de la guitare. Quelque soit le type de guitare que tu as cela fonctionne. J’ai du beaucoup travailler sur la disposition des contrôles. Vous pouvez voir les mêmes boutons en arc que sur le Robocaster, c’est vraiment un produit ergonomique, même l’orientation des touchstrips, parcequ’en fonction de la position de jeu, l’index doit pouvoir parcourir le touchstrip du haut tandis que l’autre doit permettre un mouvement de bascule des doigts. Il y a eu un étude approfondie sur la dimension haptique, sur l’ergonomie et sur comment tu peux interagir avec les contrôles naturellement. La disposition des boutons en arc a fait l’objet de mesures rigoureuses basées sur comment les doigts se placent naturellement. On a également éliminé plein de contrôles, tu vois beaucoup de contrôleurs qui sont comme des grosses grilles avec plein de boutons alignés, et, de mon expérience, c’est dur de naviguer entre eux durant la performance. Aussi ils ne sont pas super sensibles, comme ça tu ne les active pas juste en les effleurant, tu t’en sers de manière intentionnelle. […] C’était une belle collaboration, c’était la première fois que je travaillais avec une équipe au complet.

Cette entrevue vous a plu ? Si vous comprenez bien l’anglais, vous pouvez visionner la version intégrale (mais presque tout est déjà ici) à cette adresse. Avant de se quitter, voici une dernière vidéo d’un Robocaster agrémenté d’un Tronical Tuner.


Revenir en haut ↑